Archives de catégorie : Film

Valérian et la Cité des mille planètes, une belle oeuvre de Besson

Valérian et Laureline parcourent l’espace et le temps à travers leur vaisseau spatial l’Intruder XB982.

Dans le film de Besson on s’accroche à une partie de l’histoire épique de ces deux charmants héros.

Ils doivent récupérer un objet appartenant à leur gouvernement. Objet volé par des individus malfamés qui traitent avec une race extra-terrestre méconnue.

L’entrée en matière du film commence justement par cette race qui nous offre un décor digne des plus beaux posters de plages paradisiaques.

On sent que le peuple qui vi là est en paix avec lui-même. Il n’est pas très évolué selon nos critères, mais leur culture n’est pas dénuée d’intérêt.

Le film commence par la tragédie inévitable aux paradis dans le monde du cinéma : Un désastre planétaire.
Seul quelques survivants pourront perpétuer leur culture à travers les âges.

Je ne raconterai pas plus de choses sur ce film que j’ai trouvé magique.
J’en ai lu des articles sur ce film, des remarques désobligeantes…
Pour ma part, le film que je vois, le produit finis et packagé est tout à fait à mon goût.

Je vois bien des clins d’oeil au cinquième éléments.
Mais ce film n’était-il pas inspiré justement des bandes dessinées de Pierre Christin et de Jean-Claude Mézières ?

Même avec une touche très Mobiusienne, on en voyait les prémices artistiques.

Cette fois le budget était là pour faire un grand film de science-fiction à la française.
J’ai aimé l’intention scénaristique, graphique et musicale.

J’ai aimé la proposition de Luc Besson, même si parfois il y a des choses qui me paraissent un peu grosses.

Mais quel film n’a pas ses faiblesses. Aujourd’hui on court après un Star Wars bien fait et on en sort toujours déçu… Sauf de la première trilogie.

Là j’ai pris mon pied sur les couleurs, les décors, le scénario et le montage.

J’ai apprécié le rôle de chaque acteur/actrice, même si c’est un second rôle.

Je pense que les héros collaient bien aux personnages. L’aspect enfantin des héros n’est pas une gêne dans le film.
Par contre dans la bande annonce, on n’a pas le temps de se faire au look des nouveaux héros et on est très surpris du choix.

J’espère sincèrement que le film connaitra une belle trilogie et un succès mondial mérité. Il est vrai que les américains sont conservateurs et on l’a bien vu dans les promos.

Le film a été saccagé car il ne venait pas d’un studio américain. Les salles n’ont pas laissée de place pour ce film. Le marketing destructeur a été plus efficace que la promo de Besson.

Pour que ce genre de film fonctionne, il faut une sortie mondiale simultanée ou du moins commencer par l’Europe et l’Asie. Là on un regard différent et on peut amener des critiques sincères avant que les américains ne fusillent un film aussi plaisant.

Je pense que la vente de produits dérivés devraient tout de même marché un peu et qu’on retrouvera ce film sur les plateformes de VOD. Je pense même qu’il pourrait avoir une suite sur une plateforme comme Netflix qui pourrait co-financer ce genre de film qui manque à leur catalogue.


C’est vrai qu’ils ont perdus les droits sur les films Disney/Marvel/Star Wars… Donc une épopée spatiale déclinable en trilogie, série live et animée serait très intéressants…

Star Trek Discovery l’une des meilleurs séries de la saga

J’ai la chance d’avoir vu cette belle série qui me réconcilie avec certains auteurs d’Hollywood.

Pour une fois, les auteurs semblent assez libre pour écrire des scripts magnifiques et inventer un univers dans une époque connue par les fans.

Nous avons droit à de nouveaux personnages et un nouveau vaisseau qui sera le Discovery. Fini l’Enterprise comme seul fer de lance de la Fédération.

Maintenant les races coalisées peuvent travailler sur un vaisseau scientifique. Les tests menés par celui-ci permettront à la Fédération d’évoluer et de mieux comprendre l’univers qui l’entoure.

Dans les autres saisons des différents Star Trek on était très attaché aux capitaines. Ces héros solitaires qui doivent forcément sacrifier leur vie privée pour s’investir corps et âme à son vaisseau et aux règles de la Fédération.

Dans ce nouvel opus, le Discovery se retrouve propulsé fer de lance de la Fédération pour combattre les Klingons.

C’est le seul vaisseau qui peut actuellement se propulser en utilisant les courbures de l’espace.

Il y a une possibilité que sa technologie soit utilisable sur les autres vaisseaux mais avant il faudra comprendre comment elle fonctionne.
Comment synthétiser les propriétés intrinsèques à son moteur sporique.

Voilà donc une belle série qui reprend tous les ingrédients actuels de l’action, du ryhtme sans en abuser, du combat bien orchestré.

Il y a également tous les paramètres culturels qui sont pris en compte, le dépaysement, l’intégration d’une race dans son propre monde, le confilt intérieur, la soif de connaissance, l’envie d’apprendre des autres.

Ne jamais baisser les bras dans l’effroyable guerre qui fait rage entre la Fédération et l’Empire Klingon.
La philosophie de Star Trek n’est pas en reste. Il y a beaucoup d’idées et de concepts qui sont repris des différents épisodes des autres séries.

C’est une sorte d’hommage aux fans si longtemps montrés du doigt.
Il est vrai qu’aujourd’hui beaucoup de Geek d’hier sont devenus des personnalités influentes et peuvent enfin assouvir leur soif de fantaisie et d’imaginaire.

Cette série le montre bien, c’est écrit par des fans du genre qui ont su regarder de nombreux épisodes de Star Trek toute génération confondue. Assimiler toutes ses informations pour en ressortir ce que l’on voudrait voir dans une bonne série de Science-Fiction.

J’espère que la série connaitra un très gros succès mondial et que des suites sont prévus, même si cela ne se passera pas dans le même espace-temps.

Je vous encourage à regarder si vous aimez la science-fiction. Je vous dit tout simplement regardez avec plaisir cette nouvelle saga, vous les fans de Star Trek.
Je ne pense pas que vous serez déçu.

Il y a une très belle photographie, une réalisation superbe, un scénario vraiment très bien écrit. Vous pourrez voir de superbes costumes, des images éblouissantes des vaisseaux et de leurs intérieurs.

Vous pourrez même apprendre le Klingon ! Oui on les entends parler dans leur langue.
La série explique tellement de chose et en même temps nous montre tellement de voies à explorer qu’il y a de la place pour de bons spin-off.

Je suis un fan de la série Star Trek, mais même les noms initiés pourront visionner cette série, elle se passe quasiment en même temps que la série originelle de Star Trek puisque nous voyons le père de Spock et un autre personnage intéressant.

Les cultures des races extra-terrestres sont peu à peu dévoiler. Surtout pour les Klingons et les Vulcains.
Quelques personnages, lieux ou allusions sont disséminés au fil du temps pour que les fans inconditionnels soient heureux de regarder en boucle tous les épisodes de Star Trek Discovery.

Amis terriens, prenez le temps de regarder cette série magnifique. Donnez vous le laps de temps nécessaire pour découvrir les bonnes facettes des humains unis et qui portent haut et fier les valeurs d’humanité.

La Fédération n’est pas que terrienne, d’autres races aussi essaient d’évoluer en son sein. Vous verrez un capitaine en second très mystérieux, fort comme Hercule et pourtant d’apparence peureuse. S’il est second ce n’est pas pour rien… Alors comment un être si fort et rapide pourrait-il aider les humains dans leur quête d’expansion et de découvertes ?

C’est l’ère de l’avènement des femmes fortes et audacieuses. Cette série comme toutes les autres séries Star Trek, montre que les femmes sont également des personnes fortes. Des personnes pleines de qualités qui donnent l’accès aux rênes de prestigieux vaisseaux et aux postes de directions de Starfleet.

Cette fois on a l’alliance de plusieurs femmes qui montrent plusieurs aspects différents. Elles sont toutes déterminées à avancer dans leur carrière pour le bien de StarFleet. Toutes les femmes prennent à coeur leur métier et s’investissent autant qu’un homme. Il n’y a aucune différence entre les sexes et ce quelque soit la race intégrée dans StarFleet.

Du coup pas d’animosité entre sexe, pas de propos graveleux et misogyne. Vous me direz que cet aspect prévaut en général sur l’égalité de chaque individu dans le monde de StarFleet.

Chaque ethnie, race, sexe est l’égal de l’autre. Un membre de StarFleet ne souffre pas de communautarisme. Nul asservissement de l’un sur l’autre.

Il reste tout de même des races fortement influentes. Les Vulcains se montrent toujours hautain envers leurs alliés. Ce qui leur vaudra quelques méfiances par certains individus. Mais la diplomatie est là pour essayer d’enrayer des problèmes culturels, de comportements inconvenants opérés par des minorités.

Pas de dictat, juste une liberté qui commence là où  le respect est présent. Le respect des autres et des règlements de StarFleet.

Le tout s’appuie sur la logique et le bon sens. Les codes StarFleet s’appuie aussi sur les meilleurs valeurs universelles. L’assistance à autrui, le respect des évolutions, des races, des individus, etc…

Beaucoup de choses que l’on considère comme le meilleur de l’humanité y est mis en scène.

Etant tous des animaux, l’Homme reste tiraillé par les appels à la logique Vulcaine et à la complaisance de la force et de la guerre des Klingons.

Nous oscillons entre la violence et la paix, mais le dogme principal pour résister à ces envies et ne plus y penser est la science avant tout !

L’exploration scientifique est le grand projet de StarFleet. L’espace étant sans fin et pleins de surprises, la Science restera donc toujours le fer de lance de la fédération.

Faites vous une idée sur la série et des précepts véhiculés par celle-ci.  Regardez déjà ce trailer avant d’enchaîner les épisodes :

Le générique est de toute beauté !

Souvenir d’animes au travers de quelques génériques

Les Animes japonais ont bercé l’enfance de pas mal d’entre nous.

Je suis content d’être tombé nez à nez avec cette compilation de génériques de séries animées.

Les dessins, les styles musicaux et même la façon de présenter l’opening changent avec le temps. On ressent vraiment les époques selons les musiques, les styles graphiques, etc…

Une chose semble sans appel, les japonais ont toujours été de bons créatifs dans ce domaine. Ils ont souvent livrés des oeuvres intemporelles et superbement dessinées.

Je vous laisse juger cette petite compilation qui ne représente pas tous les animés de l’époque mais ils sont bien des succès internationaux.

Mon Voisin Totoro est l’un des plus beau cadeau à faire

En ces temps de cadeaux, de fêtes et autres moments cruciaux pour offrir un petit quelque chose, j’ai votre solution : Mon Voisin Totoro !

Ce film est une oeuvre du studio Ghibli. Studio bien connu et reconnu dans le monde comme l’un des meilleurs raconteurs d’histoires pour les enfants et les adultes.

Ce studio a été tiré par le haut par les oeuvres de Hayao Miyazaki. Ce réalisateur aime conter les histoires d’enfants qui se confrontent à la magie de ce monde. Dans toutes ses oeuvres il est question de la Nature et de ses divinités, de ses êtres fantastiques qui essaient de préserver leur bout de territoire face à l’Homme qui gloutonne son environnement.

L’Homme est souvent le principal instigateur fera débuter notre récit.
Pour ce film sorti en 1988, l’impact a été très grande. Ce film d’animation a réveillé quelques enfants qui dormaient en nous. Il n’y a pas de violence, il n’y a pas de sujet facheux. Le film parle aux enfants de tout âge.

Il y a l’intrigue principale qui consiste à faire venir une famille citadine à la campagne. Elle s’y installe pour y vivre, mais la mère des deux enfants de cette aventure est tombée malade et se retrouve coincée à l’hôpital pendant de longues semaines.

Pendant sa convalescence à l’hôpital, le père des enfants emménage comme il peut aidé un temps soit peu par ses deux filles.

Pendant un brin de ménage de cette vieille maison, les filles aperçoivent des êtres étranges. Après quelques courses poursuites avec des boules de suies, un jour elles tombent nez à nez avec un autre être fantastique qui essaie de s’enfuir dans les bois. C’est la révélation, un grand seigneur de la forêt vit pas loin de chez eux et il se nomme Totoro. Cet être ne peut être vu que par des enfants ou des personnes s’approchant le plus possible de l’innocence infantile. Le fameux coeur pure et pleins de rêves.

Après quelques rencontres on voit la bonté de la nature au travers de cet être étrange et amicale. Les filles s’attachent à lui et aux autres personnages étranges comme le chat-bus qui nous fait tous rêver.

Ce film est un conte. Une de ces histoires anciennes qui permettaient aux enfants de dormir avec pleins de rêves dans la tête. Une histoie qui ouvre l’esprit et l’imaginaire.
Totoro est un personnage fascinant, ses acolytes tout autant.

Si vous l’offrez à l’un de vos proches ou à vos enfants, je pense que cela pourrait leur plaire.
Totoro est une pierre angulaire du studio Ghibli. Sans lui pas de générique avec le logo si connu.
Il apparrait même dans un film de Disney : Toy Story 3.

Ce n’est pas pour rien que le studio Ghibli ouvre un nouveau parc naturel avec la maison de cette heureuse famille, avec des statues des être qui nous fascinent. Le Chat-Bus aura bientôt sa version pour adultes. Avant il fallait avoir moins de  ans pour y entrer… Même à  90 ans on a le droit de monter et de rêver !

Regardez ce film et vous verrez que je ne vous ment pas. L’histoire est intemporelle, elle parle aux amoureux de la Nature et de rêves. L’imaginaire est une chose que l’on doit préserver au file des années. Ce film en est un bon moyen.

Staff :
Réalisateur : Hayao Miyazaki
Producteur : Toru Hara
Scénariste : Hayao Miyazaki
Studio d’animation : Studio Ghibli

Black Panther le film de Marvel

Black Panther est un nom à double sens aux USA.
Il y a eu un groupe qui a porté ce nom là pour se révolter contre le manque de droit des noirs américains.
Cet écho résonne encore dans les faits divers.

Pour répondre à un vaste marché, les éditeurs de Marvel ont voulu parler à la communauté noire pour qu’elle s’identifie aussi à des super héros noirs.
L’un d’entre eux, c’est Black Panther.

Ce héros est plus qu’un symbole américain. Il est un prince, un roi africain dans une contrée fantastique.
Le Wakanda est le merveilleux royaume caché. Il accueille les hommes les plus avancés de la planète dans le domaine des sciences et de la magie.


Ils ne sont pas les meilleurs en génétique, comme les inhumains, mais ils peuvent comprendre et adapter rapidement les avancées technologiques de ce monde ou d’un monde extra-terrestre.

Depuis des millénaires, ce peuple s’est caché avec d’autres royaumes mystérieux pour défendre leur culture ancestral contre tout étranger.


Ils ont voulu se protéger de la folie des hommes et de leurs civilisations barbares.
En voulant s’écarter, ils n’ont pas communiquer sur les technologies, la philosophie ou la science. A tort ou à raison ils préféraient l’autarcie à la transmission du savoir.

Dès lors que les super-héros commencèrent à pulluler sur notre planète, La Panthère noire est sortie de sa tanière.
Le monde s’est ouvert à lui et l’a accueilli. Au sein des Avengers, il deviendra un être connu du grand public.

Le roi du Wakanda, le représentant vivant du dieu Panthère, le super héros africain qui aidera la veuve et l’orphelin et sauvera la Terre de plusieurs grandes menaces deviendra un illuminati. Le sort de la planète sera toujours discuté avec les diplomates les plus puissants.

Les wakandais sont la version idéalisée des africains unis dans une culture soudée autour d’un dieu totem : la panthère noire.
Il en existe d’autres comme le gorille blanc.
Par contre le Wakanda reste le must du royaume africain, même parmis les autres royaumes cachés.

La science et la magie ont toujours été leurs forces. Ils bénéficient également d’un métal précieux et recherchés par tous : L’adamantium.
Cette pierre a permis de forger le bouclier de Captain America, de recouvrir le squelette de Wolverine… Il a bien des applications.

Il rend le métal quasiment invulnérable. Même les armes extra-terrestres les plus avancées ont du mal à le fissurer.
Le marteau de Thor, Mjolnir, ne casse jamais le bouclier de Captain America mais rebondi dessus.
Sa capacité à absorber la force des impacts permet également de ne pas vibrer et s’abimer.

Nous verrons peut-être des clins d’oeil, des explications sur les implications de la nation Wakandaise dans notre vaste monde.
Le film est sûrement en lien avec la phase suivante des Avengers qui affronteront Thanos dans une lutte galactique très éprouvante.

J’espère que nous verrons justement le côté mystique de Black Panther et ce côté très avancé dans la science. Sa Nation est la seule à maîtriser pleinement les deux sujets. Un autre personnage connu, Fatalis ou Dr Von Doom est aussi capable de lier technologie et magie. Les armes et les amures en sont donc redoutables.
Les combattants wakandais sont aussi féru d’arts martiaux. Ils ne vaut mieux pas se frotter à eux. C’est une nation avancée et guerrière. Nombre d’entre eux sont des combattants émérite.

Je suis vraiment intéressé de voir comment sera géré ce personnage qui peut être complexe et très intéressant à développer.

Wonder Woman, la déesse protectrice de l’humanité

Wonder Woman a des origines bien taillées dans le film.

On sait qu’elle est née d’une sculture d’argile et qu’un dieu l’a amené à la vie.

Elle est issue du panthéon grec, elle serait la fille de Zeus. Selon d’autres versions, elle est la fille d’Arès ou bien même d’un collège des dieux grecs.

Elle appartient au clan familial des Amazones. Elles sont connues pour être des femmes émancipées. Elles sont de redoutables combattantes et pour arriver à les maîtriser les dieux ont envoyé Hercules.

Une fois condamnée à rester cloitrer sur leur île, Themyscira, Elles ont garder le goût pour l’accomplissement de soit par l’art guerrier.

Elles ont augmentées leurs capacités martiales, leur endurance, leur intelligence, leur maîtrise des armes et des arts militaires.

Elles sont dirigées par Hippolyte, la reine des Amazones. Elle est la mère de Diana, alias Wonder Woman.

Elle se révèlera être la plus forte, la meilleur des Amazones. Elle réussira à gagner les armes qui la fera connaître dans notre monde.

Le lasso de la vérité, ou magique, est une arme indestructible, extensible à l’infini et d’obliger qui conque en est prisonnier de faire ce que le détenteur souhaite. Souvent c’est pour connaître la vérité. Mais le cerveau de la victime est complètement annihilé. Rien ne peut donc résister aux ordres données par le propriétaire du lasso.

Les bracelets de la soumission sont de remarquables armes, capables d’arrêter sans égratignures les balles de n’importe quel calibre.

Pendant un temps on la voyait souvent utiliser sont sert tête comme d’un boomrang. Aujourd’hui, elle l’utilise beau coup moins car les dieux ont su gâter leur belle princesse.
Des pouvoirs et des armes, elle en a beaucoup. Tout cela donner par la grâce des dieux.

Souvent les cadeaux des dieux ne sont pas gratuits, il faudrait demander quel dessein se cache derrière tout cela.
Dans le film on parle de la survie du panthéon qui se fait décimer. Y aurait-il encore d’autres secrets derrière ce geste ?

Dans le film on voit un bouclier indestructible et une épée capable de transpercer un dieu olympien.

Elle  possède également un avion invisible, qui selon certains dire, qui pourrait être Pégase transformé pour servir les Amazones.

Sa grande résistance la rend aussi solide et puissante que Superman. Bien des personnes signalent que dans des comics elle a prouvé être même supérieur à Kal-El.

Du coup, les balles, les explosions, les conditions extrêmes comme la lave, le froid intense, etc… Rien ne semble l’atteindre.

Elle peut voler jusqu’à Mach5 sans assistance, voir un peu plus. Elle est aussi rapide dans ses mouvements. Elle ne sera jamais l’équivalente de Flash, mais elle peut voir des objets rapides se déplacer et elle peut les arrêter ou les esquiver.

Les dieux lui ont conféré sa redoutable résistance aux poisons, produits toxiques et une régénération rapide.

Elle utilise peu son empathie, sa téléportation et sa méthode de communication inter-dimensionnelle avec les dieux.

Comme vous le constatez elle est pourvu de pouvoirs comme un puissante déesse.

Tout ce qui a été donné à Diana doit servir à protéger l’humanité et à arrêter tout type de Mal dans ce monde.

Par sa position de déesse incarnée, elle devra donc inspirée les hommes et les femmes de ce monde pour promouvoir la bonté, la sagesse.

Avec le temps, Diana évoluera et deviendra encore plus forte. Pour le moment, elle a inspirée nombre de femmes pour s’émanciper. Elle est le fer de lance du combat sur l’équité. Même au travers son évolution dans les comics, les hommes ont toujours voulu la rabaisser en simple secrétaire potiche.

Seul son créateur originel, William Moulton Marston, a toujours milité pour que Wonder Woman soit une femme forte sur tous les plans. Il a voulu la crééer pour aider les femmes à prendre confiance en elle et à dépasser leur simple condition.


C’est une déesse qui ouvre la voie à l’émancipation et à l’amour d’autrui.
Elle est toujours désintéressée. Elle n’a qu’un seul but. Nous aider à nous améliorer, nous aider à prendre en charge ce qui nous incombe. Nous devons donc prendre nos responsabilités sérieusement.
Dans le film éponyme, c’est ce qui se passe auprès de l’homme qu’elle a découvert sur son île. Steve Trevor est un espion qui prend les choses en main pour aider son pays à gagner la guerre.


Les amis qu’il prend à ses côtés se sentent également capable d’aider l’humanité à arrêter cette guerre. A côté de Wonder Woman et ses prouesses hors du commun, tout le monde se sent pousser des ailes.
Le film distille ce message sans vraiment s’en cacher.

Hormis ce message répétitif, le film est de bonne composition. Ce n’est pas le meilleur que j’ai vu. Il a une certaine dynamique. Le timing entre explication des origines, l’arrivée dans le monde des Hommes, les combats, tout est bien proportionné. Il y a cependant un MAIS !
Oui, Les scènes d’actions utilisent des effets visuels trop visibles.

Les chorégraphies me font penser que c’est du n’importe quoi ! On voit des femmes faire des acrobaties pour rien. On les voit pas utiliser leur art avec cette optimisation maximale. Je ne reconnait pas ce côté perfectionniste des Amazones.

Pour moi elles sont l’égal du Samouraï qui dégaine son épée, tue, nettoie et range son épée en dépensant le moins d’énergie possible.

Ce que j’en ai vu est le contraire ! Je saute dans tous les sens, je fais des acrobaties ridicules pour montrer qu’on est fort… S’est de l’esbroufe !
Je n’ai pas du tout été emballé par les chorégraphies. Il est loin le temps de l’action au ralenti de Matrix, il est loin le temps de se ralenti qui formait un véritable tableau dans les 300. Oui, c’était déjà une autre époque ou la scénographie graphique était léchée.

Le film a les moyens, on le voit visuellement, mais c’est très mal fait. On voit encore trop la partie image de synthèse et décoration fabriquée.

Le niveau visuel est quelque chose qui me parle en tant que fan de BD. Je suis un peu attentif à cela. Le scénario aussi est une base qui se doit d’être solide. Mais étant trop bon publique, vous verrez que j’aime des scénarii loufoques ou même peu travaillés.

Mais là on parle de l’idole des Femmes ! Wonder Woman !!! Elle est vraiment une femme à part, un super héros à part. Elle est la meilleur humaine d’entre nous. Elle se laisse guider par la sagesse d’Athéna et son sens de la justice.


Elle se doit d’être bichonnée pour devenir l’héroïne incontournable du grand écran. Une femme forte et intelligente. Une femme loyale avec ses amis et implacable avec ses ennemis. Une femme qui comprend nos sentiments, nos sensations, nos aspirations grâce à son empathie donné par les dieux. Elle sera toujours notre hérault !

J’espère donc que son deuxième film solo sera beaucoup mieux réalisé. J’espère qu’on entrera aussi un peu plus dans son Moi, sonder ce que pense un être aussi parfait peut être dérangeant. Peut-être que Diana se sent comme Superman dans la série Smallville… Piégé dans son alter Ego, impossible de comprendre la réalité de ce monde et le sien car tout lui est caché. Vivre auprès des humains avec des pouvoirs incommensurables peu déranger si on veut rester anonyme.

Par contre vivre à 100% son côté super héros n’a pas que des avantages. On perd la proximité qu’on pourrait avoir avec les gens normaux. Se rendre dans sa tour d’ivoire et imaginer le monde tel qu’on voudrait le voir pourrait conduire à un putsch mondial, vu que personne ne peu l’arrêter… Dur dur d’être une déesse parmis les hommes. Comment diriger des cerveaux si peu évoluer pour les guider vers la paix et la sagesse ???

Staff :
Réalisatrice : Patty Jenkins
Acteurs :
Gal Gadot
Chris Pine
Connie Nielsen
Robin Wright
Saïd Taghmaoui
Ewen Bremner
David Thewlis
Ann Ogbomo

2014 – 12 Years a Slave


En 2014 le film fut présenté aux oscars et gagna le titre phare de meilleur film.
C’est une chose non coutumière à Hollywood de récompenser une équipe de noir.
En pleine polémique sur la considération des intervenants dans le métier phare d’Hollywood, le film fut récompensé.

Certains ont espérés que les juges ont vu le film et pas voté à l’aveugle en voyant le synopsis et les noms du staff. Coutume régulière qui a permis à de nombreux acteurs ou films de gagner face à des concurrents bien au-dessus du lot.

Pour revenir à Twelve years a Slave (douze ans d’esclavage), il fut adapté en 2013 par Steve Mcqueen… Le réalisateur noir et anglais, pas l’acteur connu de Bullit et disciple de Bruce Lee.

La réponse est simple, oui !
Le film est super bien réalisé, les acteurs jouent tous très bien, le montage est rondement bien mené pour nous glisser dans un personnage qui a existé et qui a écrit sa biographie en 1853.

Solomon Northup fut kidnappé dans un Etat du nord des Etats-Unis. Ensuite, cet homme libre, fut vendu à des esclavagistes des Etats du sud.
Il fut condamné à travailler dans les champs de coton pendant douze année, sans voir sa femme et ses enfants qui vécurent sans lui dans les Etats du nord.

Son histoire devrait vous toucher. Cet homme qui cherchait juste à gagner sa pitance se fait piéger. Sa famille le perd de vue. Il vivra une expérience troublante et douloureuse. Son esprit et son âme ne furent pas altérés par le temps, il essayait de rester humble et serviable. L’envie de survie ne lui fait pas oublier ses codes moraux.
Il sait qu’il doit survivre à son enfer pour rejoindre sa famille.

Comme vous vous en douter il réussira à sortir de ce calvaire. Il écrira un livre qui deviendra un des écrits décrivant les affres des esclaves. Sa description du marché esclavagiste fut un des aspects qui servira les politiques nord américains à se rebeller contre les Etats du sud.
Le livre à lui seul n’a pas eu tout l’impact que vous croyez sur la guerre de session, mais il a permis à alimenter le débat économique sur ce dumping qui plantait les productions des usines du nord des États-Unis.


La guerre de session est avant tout économique et politique car la pression internationale se faisait grandement ressentir.
L’esclavagisme est interdit car le dumping est une arme interdite pour que la libre concurrence s’effectue avec les mêmes armes.
L’aspect moral, humaniste et autres aspects qui ont pu se greffer à servi à galvaniser les idéaux des moins lettrés. Les noirs américains vivant dans le nord durent aussi être fanatiser pour avoir plus de troupe que les sudistes.

Ceci vous ne le verrez pas dans ce film, mais les conditions d’esclavages sont bien décrit. D’autres films ont été encore plus loin sur l’exploitation humaine par d’autres hommes sans scrupules ou moral.

Regardez ce film pour comprendre encore ce qui se joue aux États-Unis sur la conditions des minorités, qu’ils soient noirs, asiatiques, indiens, mexicains, etc…

La relation entre les individus n’a jamais été leur approche. Seul l’économie est le facteur compréhensif par la population américaine. C’est par ce biais que les changements majeurs ont eu lieu.

Le jour où une nation comprendra la portée philosophique, morale et sociale des philosophes et humanistes qui ont foulés nos sols de l’antiquité à aujourd’hui, peut-être aurons nous un jour cet Atlantide. Merveilleuse contrée où la vie est douce pour tous et où la mixité révèle le vrai potentiel de chaque être humain.
Quelque soit notre niveau de compréhension, notre niveau d’étude, notre niveau social, nous avons tous un grand potentiel intellectuel pour trouver des idées géniales pour faire avancer l’Humanité vers des horizons plus beaux.

Staff :
Réalisateur : Steve McQueen
Scénario : John Ridley
Acteurs :
Chiwetel Ejiofor
Michael Fassbender
Lupita Nyong’o

Les sept mercenaires revus par Antoine Fuqua

The Magnificent Seven (2016)

Antoine Fuqua vous est peut-être inconnu, mais ses films ne le sont pas.
Il a notamment réalisé le film Training Day avec Denzel Washington.
Les autres films notables sont La Chute de la Maison Blanche et Equalizer.

Il a un style que j’ai du mal à analyser, je vois que toute la recette de film à box office est là (réalisation, montage, scénario, la photographie, etc…), mais il me manque un truc.

Je ne vois pas sa patte personnelle. Je n’arrive pas à la ressentir.
Pourtant Training Day a fait gagner un oscar à Denzel Washington. C’est que le film était très bon pour rendre un acteur maître de son rôle et évoluer vers un personnage emblématique.

Dans la version 2016 des Sept Mercenaires, tout y est pour passer un agréable moment.
Je vous assure qu’il n’y a pas de “mais” !

J’ai aimé ce film d’action. Il m’a même fait oublier les films originaux dont est issus cette histoire : Les Sept Samouraïs et les Sept Mercenaires de 1960.

Comme dans ces précédents films, un village, abandonné à son triste sort, va subir le dictat d’un homme sans scrupule.
Les villageois se feront spolier, martyriser, tuer. Certains d’entre eux se rebelleront en appelant à leur secours une bande de mercenaires.

Voilà le speech posé. Maintenant il faudra vous rendre à vos vidéothèques pour regarder ce film.

Il y a de beaux décors, un bons scénario et de bons acteurs.
Les cascades sont bien faites. Les gunfight vous plaieront.

Si vous me demandez de statuer sur le niveau du film, il faudra pas vous attendre à un chef d’oeuvre superbement chorégraphié.
Pas de surprise en vue. Le film vous donne ce que vous attendez avec peu de surprises pour respecter la norme d’Hollywood.
Le film n’est pas sans saveur car j’aime voir évoluer les acteurs. Mais pour ceux voulant du suspens et des surprises scénaritiques, ils seront déçu.

Le film vous ravira tout de même, pour preuve sa réussite au box office en 2016.
Avec son budget de 90 millions de dollars, il engrange en tout plus de 162 millions de dollars.

Profitez tout bonnement d’un bon après-midi pour faire péter les watts pendant les fusillades.
N’oubliez pas vos popcorns !!!

Moi je le regarderai de nouveau sans problème, mais j’ai fini mes popcorns et ma bière !
faut que je recharge mes batteries et que j’aille m’approvisionner.

Staff :
Réalisateur : Antoine Fuqua
Scénario : John Lee Hancock et Nic Pizzolatto
Acteurs :
Denzel Washington
Chris Pratt
Ethan Hawke
Vincent D’Onofrio
Musique : James Horner

Papa ou Maman la comédie sur la garde des enfants

Ce film n’a qu’une prétention, vous faire rire aux dépens des malheurs des parents qui se séparent.

Le sujet est grave, mais il est traité avec légèreté. La pilule passe bien sur tous ces petits côtés mesquins des parents qui pour une fois ne se battent pas pour avoir la garde de leurs enfants. C’est plutôt le contraire. Ils vont tout faire pour assouvir leur soif de voyage et de réalisation professionnelle.

Les enfants sont une charge qu’ils sont prêt à sacrifier pour évoluer dans leur métier respectif.

Normalement, c’est le contraire, les parents se battent pour garder les enfants avec eux et profiter de la pension qui leur sera reversé.

Ici, nos parents veulent payer la pension, ils veulent que les enfants choisissent l’autre parent pour satisfaire à la demande du juge qui leur laisse peu de temps pour que l’un d’eux soit responsabilisé.

Devant les facéties que se joueraient des adolescents, nos deux parents de plus trente années devront pour une fois être des adultes capables d’user de leur autorité parentale à bon escient.

Petite bande annonce pour vous faire une idée sur cette comédie qui connaît une suite dont en reparlera plus tard dans ce blog.

Staff :
Réalisateur : Martin Bourboulon
Acteurs :
Marina Foïs
Laurent Lafitte
Alexandre Desrousseaux
Anna Lemarchand
Achille Potier
Scénario :
Guillaume Clicquot de Mentque
Matthieu Delaporte
Jérôme Fansten
Alexandre de La Patellière
Musique : Jérôme Rebotier
Production : Chapter 2
Sortie en 2015