Criminal Squad


De nombreux films de policiers sont sortis. C’est un thème qu’affectionne le public américain et que les studios arrivent à très bien vendre.

Tous les aspects de leurs métiers ont été vu. De nouveaux concepts vont apparaître avec les nouvelles technologies ou moyen scientifiques. Mais dans notre cas, on va parler d’un film qui reste dans les bases même d’un film d’action.


Le concept reste très roots, très lourd, trop facile scénaristiquement parlant.
Là on est dans le cas classique de braqueurs qui veulent faire un énorme coup pour prendre le pactole.
Les braqueurs sont tous des anciens militaires de haut vols qui manient très bien les armes et les déplacements tactiques.
Bien entendu, ils font tous peurs avec leur gros bras et leurs mines très fermés.


Les policiers qui vont se dresser en face d’eux vont leur ressembler. Très costauds et barbus. Pas très tendre et plutôt hors règle.

Du coups on se retrouve comme au far west, un groupe de méchant face au shériff du coin et ses acolytes qui sont pas moins dangereux, même pour la population qu’ils sont sensés protégés.

Je vous laisserai vous faire à votre idée, ce film peut ravir les personnes peu exigeantes.
Le fait d’avoir des gros bras qui enquêtent et fonce tête baissé devant le groupe adverse est complètement stupide.

Le film est axé essentiellement sur les actions de type gros bras sans cervelles. Il n’y a pas de challenge à trouver des indices, pas de compréhension sur les relations humaines ou hiérarchiques.

Pour ma part je dirais que c’est un très bon premier film pour une nouvelle équipe de junior.
Vous mettez quelques têtes d’affiche et un nouveau scénariste et un nouveau réalisateur… Mais je pense qu’ils se voulaient ambitieux pour celui-ci.

Le film est bien loin d’un Heat que je présenterai ultérieurement.
Je n’irais pas dire qu’il a ni queue ni tête. Mais le film manque de bons ingrédients pour en faire un film qui marque un peu le cinéma américain.
Il y a de belles scènes d’actions. Il y a quelques concepts et analyses fines sur la méthodologie de braquage.

Je ne garderais pas ce film dans mes anales du cinéma policier. Même pour un film d’action, il reste loin de ce que j’attends.

En tous les cas c’est une bonne entrée en matière pour des personnes n’ayant pas d’autres références du cinéma américain.

Ceux qui ont aimés des films comme Heat, L.A. Confidential, Usual Suspects, Casino, Les incorruptibles, Jackie Brown, Zodiac, Equalizer, Copland, Die Hard, Lethal Weapon, Face Off, Training Day, Dirty Harry, Seven, Berverly hills Cop, American Gangester, The French Connection, Bad Boys, Fargo, Bullit, The Town, Point Break, Rush Hour, Colors, Int he heat of the night, Missipi Burning, Narc, Miami Vice,etc…

Il y en a beaucoup de plus anciens que je n’ai pas cité. J’en parlerai un jour prochains car des films d’anthologies à voir, il y en a une bonne floppée.

Je parlerais aussi du cinéma asiatique, vu que j’ai été bercé dans mon enfance par John Woo et Chow Yun-Fat…

Parfois il y d’incroyables talents…

Certains talents arrivent vraiment avec des idées originales !
C’est fabuleux de voir des talents aussi investi qui cherchent à nous impressionner pour nous émerveiller.
Le show proposé est vraiment de qualité…

Vous trouverez le groupe Light Balance sur leur site :
https://lightbalance.net/
Ils sont à suivre…

Billy Baxton et Shazam bientôt sur grand écran !


Un nouvel héros sort de la boîte magique de Warner Bros : Shazam !!!

Il est pas forcément bien connu en France, même s’il apparait dans différents épisodes animés de la Ligue de Justice.

Il a connu quelques heures de gloire dans les années 80/90 et puis connait un passage un peu plus à vide.

Il est l’un des super héros de l’univers DC qui utilise la magie pour obtenir ses pouvoirs.
Depuis quelques années, il est devenu un personnage de plus en plus mature.
Sa famille Shazamesque s’est même agrandi.

Il est devenu un héros puissant qui parfois rivalise avec la force de Superman.
On pourrait dire qu’il est devenu son égal physiquement parlant.

Mais il est en deça des autres membres de la Ligue à cause de sa jeunesse caché dans ce corps de géant.
La maturité se gagne avec l’expérience et l’âge, et un enfant dans un corps d’adulte ne pourra jamais réfléchir comme un adulte.

Du coup le film devrait exploiter ce côté troublant du personnage complètement enfantin qui à la carrure bodybuildé d’un grand super héros.

Je ne sais pas encore si le personnage va connaître de grands ennemis qui le fera grandir, mais déjà la bande annonce annonce le ton. Beaucoup d’humour et d’autodérision.
Pourvu qu’il n’en font pas trop pour ne pas pourrir une nouvelle licence.

Ces dessins qui me font rêver…Underpable

Parmis les dessins que j’ai parcouru et que je trouvais rigolo ce sont ceux proposés par Underpable.
You there fight me
Il fait pas mal de petits sketchs ou autres situations intéressantes avec des poneys/licornes en mode sd.
The fall of the crystal horse
Les situations et les pouvoirs qu’il montre sont vraiments ingénieuses. Il y a de l’idée pour une belle série/bande dessinée.
Flint
Je pense qu’il pourrait s’appuyer sur ce design pour insister sur son univers loufoque.
Book Lore
Le site à parcourir :
https://underpable.deviantart.com

Hommage à Charles Aznavour – Emmenez moi

Encore un grand nom qui s’en va rejoindre d’autres légendes de la musique et du cinéma.
Charles Aznavour a participé activement à de nombreuses oeuvres pour que l’on parle de la France et de l’Arménie.

Il restera un homme engagé, pleins de rage pour réussir et s’extirper de la misère qu’il a connu plus jeune.

Il est l’un des rares français à avoir fait rayonné la France à l’étranger et à être consacré sur Hollywood Boulevard pour y voir son étoile.

Il a été souvent voir les Muppets dans leur fameux show.

et en français :

Comme quoi il aimait s’amuser, il ne se prenait pas tout le temps au sérieux.

Charles Aznavour, j’espères que de nombreuses stars feront vibrer tes chansons encore très très longtemps dans le monde entier.
RIP Charles

Dreamworks : Trolls (2016)

Les Trolls de Dreamworks sont des créatures marrantes qui adorent faire la fête à tout moment.
Ils sont tout le temps heureux et le font savoir tout le temps.

Malheureusement pour eux, ils ont un ennemi qui n’arrête pas de les chasser. La raison ? Ils sont comestibles et lorsqqu’on les mange, ils rendent les Bergens heureux.

Les Bergens sont par défaut très malheureux. Ils ne savent pas s’amuser. Ils sont tristes et n’arrivent pas à construire de bonheur par eux-mêmes.

Du coup, manger un Troll c’est fantastique. C’est un met succulent qui rend heureux pendant très longtemps.

Le film commence avec une explication de ce monde et des deux peuples qui n’arrivent pas à coexister.
Malheureusement pour les Trolls, une mega fiesta va attirer l’un des Bergens dans leur village.
Du coup une Bergens ramasse le plus possible de Trolls pour être accueilli par son roi et reprendre son rôle de conseillère.

Le film est de bonne facture et pleins de couleurs. Le son est très bon, on se laisse guider par cette histoire peu banale ou un Troll morne ressemble plus à un homme aigri et ronchon.

Je pense que les enfants adoreront ce film sans problème et que quelques adultes pourront suivre le film sans être déçu.
Ce film au budget de 125 millions de dollars a tout de même engrangé plus de 346 millions de dollars dans le monde.
Il a un succès mitigé car le design ou l’histoire semble moins conforme aux attentes des spectateurs.
Mais il vaut le coup.


Pour vous représenter son classement mondial, il est le 67eme film d’animation (en se basant uniquement sur au marché américain), juste au-dessus de Cars 3 de Disney.
Le premier lui est Incredibles 2 qui monte à plus de 1,540 milliards de dollars.

Sur le plan international, il est 70eme juste après Happy Feet.
Cela vous donne donc un avant goût du marché du film d’animation. Mais cela ne reflète pas forcément le talent des artistes qui ont participé à cet opus. Turbo et Ferdinand sont deux films classés plus ou moins au même niveau que Trolls. Ils ont pourtant une très belle histoire. Ils sont beaux et très bien réalisés. Pour moi Turbo fait partie de mes animés préférés.
Trolls est de bonne facture mais ne m’offre pas la même magie et la même dynamique.
Le film est plus tourné sur le chant, je suis moins attiré par cela… D’où mon aversion pour pas mal de films de Disney qui abusent de chansons mièvres.

 

All Out !! l’animé qui redonne goût au sport !

All Out !! est une série anime mettant en scène un petit lycée japonais, qui a une équipe de rugby qui ne sait jamais pris au sérieux.

Cette année, les Terminales veulent finir l’année avec de bons résultats et une équipe bien soudée. Ils font de sacré recrutement parmi les classes de secondes qui vont amener un véritable enthousiasme.

La folie exagérée de Gion, le nouveau seconde, va vite se faire sentir.
Il est le plus petit en taille de l’équipe, mais il a une envie de géant pour apprendre le Rugby, et surtout le plaquage.

Il a enfin trouvé un sport à sa mesure. Sport qui demande beaucoup d’investissements personnels pour s’accorder avec ses coéquipiers.
Plus qu’un autre sport, il faut toujours mouiller le maillot.
Si un seul lâche, toute l’équipe s’effondre.

Pas de super star qui joue tout seul. Ici le sport appel à un gros effort collectif.

Que l’on soit bon ou pas, il faut s’investir pour essayer de progresser.
La technique, la mentalité, la perspicacité, l’effort physique, tout est requis pour évoluer.

Cet animé est une adaptation du manga de Amase Shiori qui a publié en 2016 son dernier album.

La série ne semble pas terminée, et puis il faut se dire qu’avec l’organisation du championnat du monde de Rugby au Japon en 2019 nous verrons de nouveaux volets arriver.

Pour ma part la série animée est rafraîchissante. C’est une histoire basique d’enfants un peu délaissés, qui ont des vies banales et qui veulent briller avec leur équipe de Rugby pour se forger de bons souvenirs pour plus tard.

Ils savent que très peu d’entre eux seront sélectionnés dans une meilleur équipe, qu’une infime partie continuera les études supérieurs et donc ce sport en même temps.

La grande majorité sait qu’elle quittera la terminale à la recherche d’un emploi.
La dureté de la vie est retranscrit par certains personnages, Gion le héros dévoile très peu de chose sur lui.

Tout ce que l’on sait c’est qu’il veut avoir sa revanche sur la vie qui a toujours été dure à cause de sa petite taille.

En se confrontant à d’autres joueurs de d’autres équipes il se rend vite compte que sa taille peut être un avantage.

D’ailleurs des petits existent dans l’équipe nationale du Japon !

Du coup tout espoir est ouvert. Ce sentiment est renforcé par l’arrivé d’un vieil entraineur de l’équipe d Japon.

Personnage mystérieux mais qui aidera à souder cette belle bande de copains de sport.
On apprendra quelques informations sur son passé qui n’a pas été aussi reluisant que cela, alors qu’il était un joueur de l’équipe nationale du Japon.

Je vous conseille vraiment de regarder cet animé, d’en faire profiter vos enfants également car l’aspect primordial de l’animé est tourné vers la motivation.

Cela pourra vous aider à comprendre les règles du rugby car tout y est expliqué pour qu’un cancre comme Gion comprenne et progresse.

Attention à ceux qui regarde cet animé avec les petits, ca il y a quelques gros mots qui sortent naturellement dans certains matchs.

Sinon la série est axée sur le sport, il n’y a aucune violence, seule la réalité de la vie de certains personnages nous raccrochent à notre monde actuel et parfois triste.

Maintenant à vous de juger :

Le Monde de Spelldragon