The Titan

Sortie en 2018, Titan est un film qui présente le personnage de Sam Worthington (Rick Janssen).

Il entre dans un nouveau type de programme spatiale international.
Le but est d’envoyé un être humain sur Titan, le satellite de Saturne.

Pour effectuer la mission, il y a une implication personnelle plus forte que la moyenne car les postulants ne sont pas sûr de finir les tests en vie.

Les tests sont très physique mais mentalement il y a aussi pas mal de stress.

On découvre aussi très vite que Titan ne peut pas accueillir un être humain classique. Il faut un peu d’ingénierie moléculaire, de changement biologique pour supporter certaines conditions climatiques et de pressions.

Le film se base sur ce héros au schéma classique. Il est le boyscout par excellence. Un bon soldat aux services irréprochables dans ses dossiers.

Cet aspect boyscout permet de suivre sans complexe le héros dans son évolution. On voit également qu’il aime suivre les ordres sans se poser trop de question alors que tout devient de plus en plus étrange.

Le seul roc pour lui c’est sa petite famille, sa femme et son fils qui sont toujours là pour lui. Même dans les moments délicats ils essaient de le remercier pour son sacrifice pour sauver l’humanité qui arrive à sa fin.

Dans un environnement très américanisé pour une coopération internationale, le film présente pas mal de messages sur la science et le fait de repousser ses limites connues envers et contre tout.

La fin justifie-t-elle les moyens ? Devons nous prendre la détresse des gens pour y tester nos théories les plus folles ? Devons nous tout tester à n’importe quel prix ?

A vous de voir en regardant ce film.
Ce n’est pas un film d’action en tant que tel, même si certains passages sont violents. Le rythme est plutôt lent et la chronologie de l’histoire passe rapidement pour montrer toute l’évolution du programme spatiale.

Vous pouvez le voir tranquillement, sans enfant trop jeune à vos côté.
Ne pensez pas regarder un film d’anticipation, il en a la volonté mais ce n’est pas le cas.
Je sais que les avis sont partagés sur ce film, mais il n’est pas un navet. Il faut juste le prendre comme il est. Un film qui nous montre les dérives scientifiques pour un projet louable.

FictionJunction feat. YUUKA – Akatsuki no Kuruma

Mobile Suit Gundam Seed a permis à Fiction Junction Yuuka de nous livrer une belle chanson appellée Akatsuki no kuruma.

Les paroles :

Kazesasou kokage ni utsubusete naiteru Mi mo shiranu watashi wo watashi ga miteita Yuku hito no shirabe wo kanaderu GITAARA Konu hito no nageki ni hoshi ha ochite

Yukanaide, donna ni sakende mo ORENJI no hanabira shizuka ni yureru dake Yawarakana hitai ni nokosareta Te no hira no kioku haruka Tokoshie no sayonara tsuma hiku

Yasashii te ni sugaru kodomo no kokoro wo Moesakaru kuruma ha furiharai susumu Yuku hito no nageki wo kanadete GITAARA Mune no ito hageshiku kakinarashite

Aa kanashimi ni somaranai shirosa de ORENJI no hanabira yureteta natsu no kage ni Yawarakana hitai wo nakushite mo Akaku someta suna haruka koete yuku Sayonara no RIZUMU

Omoide wo yakitsukushite susumu daichi ni Natsukashiku me fuite yuku mono ga aru no

Akatsuki no kuruma wo miokutte ORENJI no hanabira yureteru ima mo dokoka Itsuka mita yasurakana yoake wo Mou ichido te ni suru made Kesanaide tomoshibi Kuruma ha mawaru yo

Johnny Clegg et ses messsages d’amour !

Johnny Clegg est connu pour ces tubes des années 80/90.
Il était le symbole d’une Afrique du Sud contestataire.

Premier homme blanc à s’afficher avec ses concitoyens noirs pour partager leur culture sur scène avec celle des occidentaux.

Parfait mélange qui donnera des tubes et une reconnaissance de son travail dans le monde entier.

En Afrique du Sud, pendant cette période ségrégationniste, l’Apartheid était très ancré dans les mentalités des colons blancs.

Voir un des leur les trahir a suffi à le faire condamner et partager des geôles des ses âmes-frères.

Rien n’y fait, son combat, son message d’amour et de partage étant plus fort, il fut vite accueilli chaleureusement dans différents pays dont la France.

Johnny Clegg milita toute sa vie pour un rapprochement des communautés. Le discours, le partage et la communion de deux fratries ennemies qui forment maintenant un même peuple avec des droits identiques.

Son message d’amour a été bien perçu par Mandela qui était venu le surprendre lors d’un de ses concerts pour le féliciter de son action.

Il y a des hommes qui ont tout bravé pour essayer de réconcilier deux cultures différentes. Il en faisait partie.

Espérons que ses messages perdureront dans les années à venir pour que tout pays vivant avec des minorités puissent écouter et partager ses cultures. Donner les mêmes droits et devoirs.

Rendre le monde meilleur passe toujours par du militantisme, mais la non violence est aussi une action possible.

La musique, ou tout autre forme d’art peut aider à ouvrir les coeurs et les esprits.

RIP Zoulou Blanc !

SPYAIR – My World

Cette chansons sort de la série Mobile Suit Gundam AGE.

Elle participe à fêter l’anniversaire de la saga cette année ^_^

Les paroles :

Kabe ni mo tarete hitobanjuu kangaete mita’n da jibun no koto
Eranda ikusaki wa koko de ii no ka ?
Wakara naku naru’n da
Demo kotae nante denai mama sa
Doko ni itatte hisshi na mono sa
Utsumuita shisen wo sukoshi age mieta asa wa sundeta

Boku ga boku de aru tame ni…
Ushinaccha ikenai mono wa nani ?
Kantan ni denai kotae wa tsurakute kurushii yo
Tatta ichido no Miss wo nando mo KUYO KUYO shinaide
Arukeba aiseru kana My World

Daiji ni shitai to omou hodo
Doushite hanareteku no darou ?
“Mou kore ijou wa nai” to ii nagara
Mata motomeru kedo…
Katachi no mienai mono ni namae wo tsukete
“Yume” ya “ai” to
Yobu koto de sukoshi hokorashiki
Ah hontou wa sonna’n ja nai no ni…

Boku ga boku de aru tame ni…
Kono kotoba ga mayowaseru
Kantan ni denai kotae wa tsurakute kurushii yo
Semete, mae wo muite yukou MOTA MOTA sezu ni
Sagashi mono wa mitsukaru hazu kono World de

Tsutawaranakute nagedashita
Zenbu kowarete shimaeba ii to omotte ita
Demo chigau…
Kanashimi sae yasashisa ni kaete iketara
Sukoshi zutsu dakedo sekai wo suki ni nareru
Dakara…

Boku ga boku de aru tame ni…
Sore ga nanika wo sagashite
Kizutsuki tachidomari tsurakute kurushii yo
Dakedo, ichidokkiri da jibun wo KUYO KUYO semezu ni
Arukeba aiseru sa My World

Hikari wa susumu saki ni aru

Kassav – Rete

Encore un tube de Kassav qui interprète Rété. Chanson de Jean-Philippe Marthély.

En voici les paroles :

Ou za la ou ké rété
Ou za la ou ké rété
Ti chéri jou ta la, sé té on jou ki béni (ayayay)
Dé jou kon sa sé yo ka toujou, toujou pli bel o, pli bel wo woy woy.
mwen gadé tchè mwen chanté lanmou, malgré tou sa zié mwen enki rété fèmé.
A prézan doudou mwen konstaté, sé ou ki lavi mwen, mèsi, mèsi bondié.
Ou za la ou ké rété
Ou za la ou ké rété
2 fois
Menm si ni dé jou nou pa bien, menm si dé fwa mwen menm ka fè-y alé.
Nou chèché pou sa pa rivé ankô.
Mè non doudou fo pa ou fè sa pé ké kité-w alé.
Pé ké kité-w alé, si ou la sé pou rété
Pé ké kité-w alé, si ou la sé pou rété, rété.
Rété, rété
Instrumental
Ou za la ou ké rété
Ou za la ou ké rétéMwen sav ou pé pa tchimbé, ou za palé ban mwen twop!
Ou za fè mwen kompwann ki nou pé fè an lo bagay ansanm pou nou rivé la rivé la.Sa sé vré, sa sé vré
Mwen sav ou pé pa tchimbé, ou za palé ban mwen twop!
Ou za fè mwen kompwann ki nou pé fè an lo bagay ansanm pou nou rivé la rivé la.
Sa sé vré, sa sé vré
InstrumentalHum sa sé vré sa sé vré
Ou za la ou ké rété ou za la ou ké rété
Instrumental
Mwen sav ou pé pa tchimbé, ou za palé ban mwen twop!
Ou za fè mwen kompwann ki nou pé fè an lo bagay ansanm pou nou rivé la rivé la.
Sa sé vré, sa sé vré
Mwen sav ou pé pa tchimbé, ou za palé ban mwen twop!
Ou za fè mwen kompwann ki nou pé fè an lo bagay ansanm pou nou rivé la rivé la.
Pé ké kité-w alé, si ou la sé pou rété
Pé ké kité-w alé, si ou la sé pou rété, rété.

Hiroko Moriguchi – Mizu no Hoshi e Ai wo Komete et ETERNAL WIND

Quarante ans cela se fête ! Vive Gundam.

Voici Hiroko Moriguchi qui chante deux chansons de MS Gundam Zeta.

Les Paroles de Mizu No Hoshi E Ai Wo Komete :

Aoku nemuru mizu no hoshi ni sotto
Kuchizuke shite inochi no hi wo tomosu hito yo
Toki to iu kin’iro no sazanami wa
Ôzora no kuchibiru ni umareta toiki ne
Kokoro ni uzumoreta yasashisa no hoshitachi ga honô age yobiau
Namima sasurau nampasen no yô ni
Mô nakanaide ima anata wo sagashite iru hito ga iru kara
Omae ni aitai yo to

Ai wa tabun dareka no tame ni sotto
Sasagerareta tôi inori nano ne
Hito wa hitori dewa irarenai sabishisa no
Seiza kara koboreta hanabira dakara ne
Anata ga inoru tabi ôzora ni ho ga agaru yasashisa ni hikarete
Aoi nemuri wo tokareta utsukushii hoshi yo
Mô nakanaide ima anata wo sagashite iru hito ga iru kara
Omae ni aitai yo to

Mô nakanaide ima anata wo sagashite iru hito ga iru kara
Omae ni aitai yo to

Les paroles de Eternal Wind :

Maru de kanashimi no kakera da wa
Machi wo tozasu GARASU iro no yuki
Ashita wo sagasu hitomi sae mo
Kumorasete yuku no yami no kanata

Mishiranu chikara ni nagasarete kokoro ga dokoka e hagureteku
Harisakesou na mune no oku de kodou dake ga tashika ni ikite iru

Hikaru kaze no naka kikoete kuru anata no koe
“Pray don’t break a peace forever” sono kagayaki wo shinjite iru

Aoku kemuru suiheisen wo
Kono me wa mada oboete iru kara
Mabuta wo tojireba kaereru no
Atataka na jikan… Omoidetachi…

Kurikaesu ayamachi ga itsumo orokana ikimono ni kaeteku
Kizutsuku dake no ikikata demo namida wa sou yo kesshite misenai wa

Hikaru kaze no naka hohoende iru anata ga iru
“Pray don’t break a peace forever” sono mabushisa wo mitsumete iru

Hageshii itami wa dare no tame ?
Sore ga yatto wakaru ki ga suru wa
Meguriaisou kiseki na no
Ikuoku no hoshi ga samayou sora

Sayonara ga oshiete kureta no anata no hontou no yasashisa
Dare yori mo daiji na hito da to mune wo hatte ieru wa itsu no hi mo

Hikaru kaze no naka hohoende iru anata ga iru
“Pray don’t break a peace forever” sono mabushisa wo mitsumete iru
“Pray don’t break a peace forever” atsui hitomi ni yakitsukete

Que vaut la série Black Lightning ?

Il faut toujors être honnête et cette série n’est clairement pas destinée à tout le monde.

Pour moi cette série s’adresse en particulier à un nouveau public identifié depuis les derniers déboires des oscars avec la communauté noire américaine.

Cela fait quelques années que la communauté noire est visée comme un public intéressant et très remuant. Les différentes cérémonies des oscar et autres récompenses américaines ont subi de nombreux soubresauts.

Quel que soit le monde artistique la communauté noire à pris plus de pouvoirs, plus d’ampleur et une aura grandissante.

Les différentes études des studios américains ont démontré que les plus gros consommateurs de films sont des noirs américains.

Ce public attend de nombreux héros à leur effigie. De nombreux acteurs commencent à émerger avec des rôles principaux intéressants et non caricaturaux.

Il y a donc de nouveaux films qui mettent en scène des noirs américains comme héros de leur propre histoire. Ce ne sont plus de simples comédies burlesques, il y a maintenant une offre qui tend à prendre de l’ampleur.

Les séries TV font partie de la proposition pour ce panel qui aime consommer. La minorité noire américaine doit représenter moins de 16% de la population totale des USA. Elle reste la communauté la plus visible… Je vous laisse la devinette… Et forcément c’est la communauté la plus encadrée et la plus incarcérée.

Les statistiques sont contre eux, et cela la communauté le sait

Les règles sont simples, tir facile, ils sont tous coupables, ils ont aucun droits ou si peu qu’on peut faire d’eux ce que l’on veut.

C’est le système actuel qui régit la vie d’un afro-américain. Là série TV se base sur tout cette actualité fâcheuse et cette réalité pour s’adresser au public de Black Lightning.

Elle a un message et un but clair, raconté une histoire de super-héros pour les afro américains.

L’histoire est est donc bâti sur ce contexte, dans une ville habitée par une majorité d’afro-américain. Le proviseur d’une école réputée dans la ville est tenue par homme qui se trouve être un ancien super-héros : Black Lightning.

Il reprendra du service car ses enfants sont en danger à cause d’un gang qui contrôle quelques quartiers de cette ville.

Il sera confronté à un homme de l’ombre qui contrôle le gang et qui est très fort, puissant, et cultivé. Il sait évoluer dans son environnement comme un poisson dangereux.

Le gouvernement utilise les différents quartiers pour utiliser des drogues étranges. Il est responsable de la création de quelques méta-humains comme Black Lightning.

Personne n’est au courant et ils continuent d’agir dans le dos de la population.

Les épisodes s’enchainent en prônant une culture et un discours pro afro-américain.

Artistiquement, la réalisation est très bien, l’histoire générale se complexifie au fil du temps. J’ai un doute sur le choix des acteurs. On a du mal a entrer dans l’univers à cause de certains acteurs.

Pour la partie action, il y en a pas mal, mais comme les séries de Warner Bros/DC Comics, les chorégraphies sont douteuses. On voit trop

Chaque action est bien réglée mais on voit que c’est du chiqué. Pas de réalisme dans les combats et de l’utilisation de certains pouvoirs.

La série vise clairement un public réceptif à cet environnement et à la culture afro-américaine.

Le héros s’affiche clairement comme étant un nouveau messager pour la communauté. Un sauveur comme le serait Daredevil qui aime son quartier de New York.

Black Lightning connait la réalité du terrain. Il sait ce que propose son pays, son gouvernement. Il sait qu’il peut donner des messages qui feront de ses étudiants de futurs citoyens respectables et respectés.

Pour garder sa communauté sous l’eau un grand méchant dispense la mauvaise parole via ses armes, ses drogues et ses chantages.

Il est pourvu de pouvoirs que nous ne pouvons comprendre. Nous ne savons pas d’où il vient et ce qui le motive.

C’est ambitieux qui aime écraser les autres pour réussir. Malin et ingénieux, il arrive à prévoir à l’avance certains coups de ses ennemis.

Tobias Whales est redoutable et se confrontera souvent avec succès à Black Lightning.

La série dispense à chaque épisode des infos culturelles sur la culture musicale de Tobias Whales. Il a bon gout et il le sait.
Connaitre l’Histoire est sa marotte. Sans Histoire, il n’y aurait pas d’expérience. Donc pas de moyen d’évoluer en tenant compte des erreurs des autres.

Regardez au moins toute la saison 1 des trois saisons pour vous faire une véritable idée.



Le Monde de Spelldragon