27 octobre 2021

World Of Spelldragon

Le Monde de Spelldragon

Silvester Stallone, une carrière musclée !

Oui c’est un acteur que tout le monde connait au travers des films d’actions qu’il a effectué devant ou derrière la caméra.

Il a souvent des rôles à la mesure de ses muscles, mais il a aussi d’autres talents.

Par exemple, il a écrit le scénario pour Rocky, il a réalisé quelques films et s’est épanoui aussi dans la peinture.

C’est un artiste comme tant d’autres qui n’a pas réussi à sortir de ses rôles musclés.

Sa parenthèse dans Copland a été décriée, moi je l’ai adoré. Je le trouve touchant dans ce film. J’ai vu une facette que je ne connaissais pas de lui.

J’aurai aimé qu’il produise des films un peu plus intimistes, à la Rocky ou Creed, mais sans les muscles.

Je le verrai bien comme notre Ami Schwartzennegger faire un film comme Maggie ou un film satyrique.

Je pense qu’il n’a pas essayé tous les genres qu’il voulait.

Il tout de même marqué le cinéma américain avec des titres comme Rocky, Rambo, Demolition Man ou Expendables.

Il est en fin de carrière, mais il est loin de raccrocher, il se livre encore dans des films d’actions pour s’amuser et comme on peut le constater, le public le suit.

Oui il ne fera plus autant d’entrée que dans les années 80 ou 90, mais il a son public.

Je pense même qu’il peut attirer une cible un peu plus varié en se mettant en scène dans une petite série avec quelques uns de ses amis.

Une bonne série de SF sur une plateforme tel que Netflix ou Amazon Prime lui irait très bien.

Sa carrière est longue et il a du mal à décoller, Rocky est le titre phare qui le propulsera en 1976 jusqu’aux Oscars qu’il gagnera trois fois.

L’acteur n’aura pas la fameuse statuette, mais son travail est salué par les critiques.

En tout le film sera nommé dans dix catégories.

Bien entendu cela va aider la saga à s’étendre, jusqu’à passer le flambeau au jeune CREED, qui va poursuivre son cheminement. Mais ce spin-off n’est pas fait par hasard, c’est un héritage, un leg qu’il fait à la nouvelle génération pour qu’elle s’imprègne dans les sports populaires et les champions qui vivent dans l’ombre des grands médias.

Souvent la vie n’est pas idéale, arriver en haut de l’affiche c’est compliqué, puis garder la tête froide l’est encore plus.

La famille est vraiment ce qu’il faut garder en tête. Ne pas faire n’importe quoi pour ne pas blesser les autres.

Rambo reste une saga que je n’affectionne pas mais qui a fait les beaux jours de Sylvester Stallone. Un ancien combattant qui est parti en cacahuète dans une forêt américaine… Pas très simple d’évoquer le retour des soldats après la guerre du Vietnam.

Une guerre très sale et qui a été perdu par la toute puissante Amérique hautaine et qui va lâcher ses héros à l’oublie.

Une sale guerre mal gérée avant, pendant et après. Les séquelles ont perdurées longtemps et de nombreux naufragées ont perdu la tête.

Demolition Man arrive au bon moment pour Sylvester Stallone qui n’est plus vraiment au top avec de nombreux films moyens.

En 1993, le film cartonne et nous met en avant un anti-héros désabusé qui doit sauver un monde qu’il n’aime pas du tout.

Le film est tourné autour de l’humour et les compétences martiales de Wesley Snipes. Un duo qui marche et qui fait mouche avec un butin de 159 millions de dollars sur les 50 investit.

Judge Dredd est là aussi pour conforter sa présence avec un gain de 113 millions de dollars.

Daylight rapporte peu de temps après, en 1996, 159 millions de dollars, il est encore dans les valeurs sûres.

Copland sera le désastre cinématographique qui obligera notre acteur fétiche à rester dans les rôles musclés. La recette est autour de 63 millions de dollars… Mais le public n’était pas prêt pour cela.

Il aurait dû poursuivre tout en gardant une carte sur les films musclés.

Rocky Balboa revient en 2006 dans ce film éponyme pour nous replonger dans les 156 millions de recettes. Là on voit que des personnages clefs assurent toujours la rentabilité.

Expendables va crever le plafond pour lui et sa bande de potes des films d’actions.

Film sans aucune prétention, si une : Déconner à fond sans se prendre la tête et en tirant dans tous les sens pour qu’on voit un nombre incalculable de victimes.

CREED confirme que le public aime Rocky et les personnages qui gravitent autour de lui. En plus le film est sacrément bien fait. On revoit là un hommage au premier Rocky et une intronisation réussie d’un nouvel héros.

Les 173 millions de dollars sont mérités et les éloges aussi.

La série de films Evasion sera lancé grâce au premier pécule qui gravite autour des 134 millions de dollars.

Il enchaine encore quelques films et une apparation dans le prochain film de DC Comics / Warner Bros. : The Suicide Squad.

Pour ceux qui ne le connaisse pas encore, je pense que vous devriez voir certains des films cités car il y en a de vraiment très très bon malgré la sale étiquette qu’il se colle.

La VO reste aussi la meilleur option pour suivre ses films car souvent le doublage est moyen et les paroles sont tronqués, ce qui rend un film bon très moyen.