Archives de catégorie : Film

Criminal Squad


De nombreux films de policiers sont sortis. C’est un thème qu’affectionne le public américain et que les studios arrivent à très bien vendre.

Tous les aspects de leurs métiers ont été vu. De nouveaux concepts vont apparaître avec les nouvelles technologies ou moyen scientifiques. Mais dans notre cas, on va parler d’un film qui reste dans les bases même d’un film d’action.


Le concept reste très roots, très lourd, trop facile scénaristiquement parlant.
Là on est dans le cas classique de braqueurs qui veulent faire un énorme coup pour prendre le pactole.
Les braqueurs sont tous des anciens militaires de haut vols qui manient très bien les armes et les déplacements tactiques.
Bien entendu, ils font tous peurs avec leur gros bras et leurs mines très fermés.


Les policiers qui vont se dresser en face d’eux vont leur ressembler. Très costauds et barbus. Pas très tendre et plutôt hors règle.

Du coups on se retrouve comme au far west, un groupe de méchant face au shériff du coin et ses acolytes qui sont pas moins dangereux, même pour la population qu’ils sont sensés protégés.

Je vous laisserai vous faire à votre idée, ce film peut ravir les personnes peu exigeantes.
Le fait d’avoir des gros bras qui enquêtent et fonce tête baissé devant le groupe adverse est complètement stupide.

Le film est axé essentiellement sur les actions de type gros bras sans cervelles. Il n’y a pas de challenge à trouver des indices, pas de compréhension sur les relations humaines ou hiérarchiques.

Pour ma part je dirais que c’est un très bon premier film pour une nouvelle équipe de junior.
Vous mettez quelques têtes d’affiche et un nouveau scénariste et un nouveau réalisateur… Mais je pense qu’ils se voulaient ambitieux pour celui-ci.

Le film est bien loin d’un Heat que je présenterai ultérieurement.
Je n’irais pas dire qu’il a ni queue ni tête. Mais le film manque de bons ingrédients pour en faire un film qui marque un peu le cinéma américain.
Il y a de belles scènes d’actions. Il y a quelques concepts et analyses fines sur la méthodologie de braquage.

Je ne garderais pas ce film dans mes anales du cinéma policier. Même pour un film d’action, il reste loin de ce que j’attends.

En tous les cas c’est une bonne entrée en matière pour des personnes n’ayant pas d’autres références du cinéma américain.

Ceux qui ont aimés des films comme Heat, L.A. Confidential, Usual Suspects, Casino, Les incorruptibles, Jackie Brown, Zodiac, Equalizer, Copland, Die Hard, Lethal Weapon, Face Off, Training Day, Dirty Harry, Seven, Berverly hills Cop, American Gangester, The French Connection, Bad Boys, Fargo, Bullit, The Town, Point Break, Rush Hour, Colors, Int he heat of the night, Missipi Burning, Narc, Miami Vice,etc…

Il y en a beaucoup de plus anciens que je n’ai pas cité. J’en parlerai un jour prochains car des films d’anthologies à voir, il y en a une bonne floppée.

Je parlerais aussi du cinéma asiatique, vu que j’ai été bercé dans mon enfance par John Woo et Chow Yun-Fat…

Billy Baxton et Shazam bientôt sur grand écran !


Un nouvel héros sort de la boîte magique de Warner Bros : Shazam !!!

Il est pas forcément bien connu en France, même s’il apparait dans différents épisodes animés de la Ligue de Justice.

Il a connu quelques heures de gloire dans les années 80/90 et puis connait un passage un peu plus à vide.

Il est l’un des super héros de l’univers DC qui utilise la magie pour obtenir ses pouvoirs.
Depuis quelques années, il est devenu un personnage de plus en plus mature.
Sa famille Shazamesque s’est même agrandi.

Il est devenu un héros puissant qui parfois rivalise avec la force de Superman.
On pourrait dire qu’il est devenu son égal physiquement parlant.

Mais il est en deça des autres membres de la Ligue à cause de sa jeunesse caché dans ce corps de géant.
La maturité se gagne avec l’expérience et l’âge, et un enfant dans un corps d’adulte ne pourra jamais réfléchir comme un adulte.

Du coup le film devrait exploiter ce côté troublant du personnage complètement enfantin qui à la carrure bodybuildé d’un grand super héros.

Je ne sais pas encore si le personnage va connaître de grands ennemis qui le fera grandir, mais déjà la bande annonce annonce le ton. Beaucoup d’humour et d’autodérision.
Pourvu qu’il n’en font pas trop pour ne pas pourrir une nouvelle licence.

Dreamworks : Trolls (2016)

Les Trolls de Dreamworks sont des créatures marrantes qui adorent faire la fête à tout moment.
Ils sont tout le temps heureux et le font savoir tout le temps.

Malheureusement pour eux, ils ont un ennemi qui n’arrête pas de les chasser. La raison ? Ils sont comestibles et lorsqqu’on les mange, ils rendent les Bergens heureux.

Les Bergens sont par défaut très malheureux. Ils ne savent pas s’amuser. Ils sont tristes et n’arrivent pas à construire de bonheur par eux-mêmes.

Du coup, manger un Troll c’est fantastique. C’est un met succulent qui rend heureux pendant très longtemps.

Le film commence avec une explication de ce monde et des deux peuples qui n’arrivent pas à coexister.
Malheureusement pour les Trolls, une mega fiesta va attirer l’un des Bergens dans leur village.
Du coup une Bergens ramasse le plus possible de Trolls pour être accueilli par son roi et reprendre son rôle de conseillère.

Le film est de bonne facture et pleins de couleurs. Le son est très bon, on se laisse guider par cette histoire peu banale ou un Troll morne ressemble plus à un homme aigri et ronchon.

Je pense que les enfants adoreront ce film sans problème et que quelques adultes pourront suivre le film sans être déçu.
Ce film au budget de 125 millions de dollars a tout de même engrangé plus de 346 millions de dollars dans le monde.
Il a un succès mitigé car le design ou l’histoire semble moins conforme aux attentes des spectateurs.
Mais il vaut le coup.


Pour vous représenter son classement mondial, il est le 67eme film d’animation (en se basant uniquement sur au marché américain), juste au-dessus de Cars 3 de Disney.
Le premier lui est Incredibles 2 qui monte à plus de 1,540 milliards de dollars.

Sur le plan international, il est 70eme juste après Happy Feet.
Cela vous donne donc un avant goût du marché du film d’animation. Mais cela ne reflète pas forcément le talent des artistes qui ont participé à cet opus. Turbo et Ferdinand sont deux films classés plus ou moins au même niveau que Trolls. Ils ont pourtant une très belle histoire. Ils sont beaux et très bien réalisés. Pour moi Turbo fait partie de mes animés préférés.
Trolls est de bonne facture mais ne m’offre pas la même magie et la même dynamique.
Le film est plus tourné sur le chant, je suis moins attiré par cela… D’où mon aversion pour pas mal de films de Disney qui abusent de chansons mièvres.

 

Dragon Ball : Le retour de Freezer !

Des OAV et autres films de Dragon Ball Zeta, j’en ai soupé.

Je suis fan de Dragon Ball, avec un San Goku plus jeune et plus marrant.
Son enfance et les péripéties qu’il a eu était fait avec bon humeur, beaucoup d’humour et de naïveté.

Il était un enfant comme les autres… Quoiqu’une petite queue de singe sortait de son pantalon. Il était attachant et amusant.

La partie adulte est parti un peu trop dans ce que l’on a appelé à une époque le style Gaga Ball… Style scénaristique qui a pour but de montrer uniquement des combats sous n’importe quel prétexte. Plus la puissance destructrice est développée et plus le scénario s’enfonce dans d’interminable combat sans queue, ni tête.

J’avoue que ces derniers temps des épisodes sont sortis avec une base scénaristique plus intéressantes.

Le film sur la résurrection de Freezer en est un exemple.
La qualité des dessins et de l’animation sont déjà au rendez-vous.
Niveau scénario, Freezer revient à la vie grâce à ses sbires qui souhaitent retravailler avec leur leader incontesté.

Ce n’est pas ce film qui gagnera des grands prix d’animation, mais la trame se tient.
On passe un bon moment en surfant sur la nostalgie des combats épiques de certains personnages devenus désuets.

Il y aura donc forcément des combats, mais aussi pas mal de mélange entre les personnages. On a le temps de voir pas mal d’interaction intelligente.

Je vous laisserai en juger par vous-même seulement si vous êtes fan de cette série.

James Gunn sorti des films de Marvel

Je ne rentre pas dans la polémique actuelle sur les propos tenus dans le passé par le réalisateur.
Tout ce que je vois en terme de décision prise par la direction de Disney, c’est qu’ell a été trop tranchante.
A la place du dirigeant j’aurai demandé un éclaircissement sur ce genre de propos sorti par tweet quelques années auparavant.

Si je sens qu’une décision doit être prise rapidement concernant l’attitude, le comportement, les idées malsaines… Le licenciement peut être envisagé. Mais pas pendant la mise en place d’un film qui doit se tourner en fin d’année.

Car la on parle d’une série de film programmée. Une série de film qui représente un arc important dans l’histoire de Marvel.
Continuer sur ce dernier film aurais pu apporter une fin digne de ce nom pour ces héros de la galaxie.

Au moins le fil conducteur n’aurait pas été détruit. Pas besoin de revoir le scénario s’il est bon et validé.

Je suis donc navré de voir ce genre de décision prise à l’emporte pièce car celà à un impact sur les films qui se suivent.
Il y a peut être un risque juridique mais cela n’aurait concerné que l’auteur des propos.
Disney aurait dû pour suivre et d’arrêter de faire une chasse au sorcière dès lors qu’un ancien tweet de quelques personnes ressortent.

En plus je ne sais pas si le dirigeant actuel n’aurait pas un truc à se reprocher comme beaucoup d’hommes d’influence à Hollywood.
Je pense que soutenir un projet vaut mieux que cette décision de tout casser, de retarder, voir annuler le dernier film des gardiens de la galaxie.

JE suis vraiment triste pour tous les fans qui aimaient cette licence.

2015 – Hotel Transylvania 2

Encore une suite réussie dans un film d’animation.

En 2015, Hôtel Transylvania N° 2 arrive en force après son grand succès en salle.
L’histoire est tout simplement la suite des aventures de notre vampire préféré qui doit gérer son petit fils.

Bien entendu, il croit qu’il deviendra un grand vampire, mais à son grand désarroi, il n’arrive pas à l’aider à se transformer…

Pas de problème, il va dans le camp d’entraînement des monstres pour que ses pouvoirs se révèlent.

La magie prend avec ce second opus. Il n’y a pas de bis repetita.
L’action tourne autour de Dracula et son petit-fils, aidé de quelques amis.

C’est un bon divertissement pour les enfants. Il n’y a pas de violence, tout et dans l’humour, le gag de répétition et dans les intentions louables mais peu recommandables pour devenir un vampire.

A vous de vous faire une idée sur la question, mais généralement les enfants accrochent sans trop de problème.

Compilation de génériques japonais des mechas des années 70

Goldorak

Le Japon et ses dessins animés… Je pense que c’est la meilleur chose qu’à produit le Japon depuis les années 70.
Les univers qu’ils ont créés furent des vecteurs de développement pour beaucoup de jeunes et de moins jeunes.

Les messages véhiculés étaient parfois simpliste, parfois plus complexe, mais il y a toujours eu une volonté de développé l’économie autour de ce vecteur médiatique qui est devenu majeur.

Grâce aux animés des années 70, les ventes à l’étranger à explosé.

Même avec la crise du choc pétrolier, les problèmes économiques qu’a éprouvé le Japon, les dessins animés sont restés un bien économique majeur.

Le double effet non escompté est l’aspect culturel. Comme Hollywood, le fait d’avoir des films, des séries et des acteurs de renom favorise l’envie de découvrir un peu plus la culture du pays créateur.

Du coup le Japon fascine encore plus. Avec les histoires de robots, d’avancées technologiques, de respect des traditions et de son héritage historique…. Tout est complexe et parfois décrié par quelques auteurs bien connu des amateurs.

Je vous laisse donc découvrir quelques animés qui ont permis à de nombreuses personnes de rêver encore plus en s’ouvrant sur des aventures spatiales avec des robots.

Voici la liste des animés présentés ci-dessous :
0:00 Astroganga
0:46 Mazinger Z
1:47 Babel 2
3:17 Getter Robo
4:27 God Raideen
5:37 Great Mazinger
6:37 Getter Robo G
7:48 Tekkaman
10:04 Jeeg
12:04 Grendizer
13:15 Groizer X
14:14 Gaiking
15:23 Gowapper 5 Godam
16:53 Dai-Apolon
18:08 Combattler V
19:22 Ginguiser
21:03 Gakeen
23:03 Danguard Ace
24:09 Mechander Robo
26:40 Jetter Mars
27:47 Gaislugger
29:07 Voltes V
30:14 Balatack
32:12 Zambot 3
33:44 Daimos
34:53 Gordian
38:20 Daikengo
41:08 Daitarn 3
42:43 Daltanious
43:54 Gundam

Batman Gotham by Gaslight

Ce nouvel opus, sur les aventures de Batman, se passe dans un contexte temporel très différent.

Nous sommes dans la fin du XIXeme siècle. Un affreux mécréant s’amuse avec un scapel pour tuer toutes les femmes de mauvaises vertues.

Il se fait appeller Jack L’éventreur comme celui de Londres, mais là on est à Gotham.

Cette ville doit faire belle figure car elle accueille l’exposition universelle.

Les personnalités de premier plan s’emploient à redorer le blason de cette ville qui devient de plus en plus décadente.

Batman y officie depuis quelques temps et commence à redorer la ville et donner de l’espoir aux petites gens.

Le monde présenté est glauque pour les classes moyennes. Comme c’était le cas au XIXeme siècle.

Batman essaie d’arrêter ce nouvel ennemi rudement entrainé. Il est plus fort que ce qu’il pensait, et la partie contre ce monstre au scalpel est vraiment hardue.

Je n’en dirais guerre plus. Je vous conseillerai simplement de le regarder si vous êtes fan du genre super-héros en époque victorienne mais aux USA.

Le côté simpathyque de cet animé c’est que l’on a des références à pleins de personnages connus mais mis dans un contexte différent.

Du coup, pleins de surprises sur le déroulement de l’histoire sont attendus.

L’histoire est mené de main de maître pour présenter les personnages et nous livrer un univers rudement réaliste.

Une faute de votre part et s’est la mort assurée.

Le réalisme et la dureté de cet univers me rappelle un peu le Dark Knigth de Miller. Le sujet y est grave et sombre.
Le côté super-héroique est là avec le risque encouru.
Comme ces trapézistes qui veulent faire leurs numéros sans filet… Gare à la chute.

Voici un extrait pour vous faire une idée du dessin et de l’atmosphère de ce bel animé :