24 octobre 2021

World Of Spelldragon

Le Monde de Spelldragon

Un français de nouveau dans l’espace

Thomas Pesquet est reparti une deuxième fois dans l’espace dans le dernier lanceur impressionnant d’Elon Musk : SpaceX utilise le vaisseau Crew Dragon.

Crew Dragon accueille quatre astronautes, deux américains Shane Kimbrough (54 ans, 189 jours dans l’espace – NASA) et Megan McArthur (50 ans, 12 jours dans l’epsace – NASA), et le Japonais Akihiko Hoshide (53 ans, 140 jours dans l’espace – NASDA). L’agence Européenne ESA à Thomas Pesquet comme représentant et qui a 196 jours dans l’espace dans son actif.

Ils viennent tous d’une agence spatiale différente qui se coordonnent pour travailler ensemble pour préparer les missions futures.

Dans un avenir proche la NASA et les autres agences NASDA et ESA seront amenées à participer activement à l’arrivée d’ingénieurs sur la Lune et ensuite sur Mars.

Tout sera mis en oeuvre dès cette année pour que les contrats soient ficelés avec toutes les entreprises impliquées dans la conquête spatiale.

En 2022 des astronautes seront sollicités pour faire le tour de la Lune et prospecter de loin avant une mission future, dont la date reste encore 2024 où les humains refouleront le sol de la Lune pour y avoir un lanceur réutilisable développé par SpaceX.

Elon Musk est sans conteste le bien heureux vainqueurs dans cette stratégie spatiale car il aprouvé qu’avec un coût moindre il est capable de maîtriser les points sensibles de la conquête de l’espace.

Lancer une fusée, lancer un vaisseau habité et moderniser les navettes sont des tâches très compliquées. Il y est parvenu après quelques échecs très rapidement utiles pour arriver à lancer dans l’espace des équipages.

Je pense qu’il a participé à rajeunir la NASA qui est une institution vieillissante à cause des coupes budgétaires et de leurs protocoles qui les empêchent d’évoluer rapidement vers de nouvelles techniques et technologies.

Le fait de contracter des accords avec des start-up comme SpaceX permet de concevoir de nouvelles idées d’investir peu pour obtenir la modernisation nécessaire.

Pour rappel Boeing a été également contacté et reste incapable d’offrir une révolution similaire à SpaceX. Il y a donc un problème inhérente à la taille de certaines entreprises. L’administration s’alourdie et les protocoles également. Il y a souvent trop de managers et trop de verticalité pour prendre des décisions objectives.

Il reste à attendre de nouveaux vaisseaux et voir se concrétiser nos rêves de science-fiction.