29 octobre 2020

World Of Spelldragon

Le Monde de Spelldragon

Le Roi Léo (ジャングル大帝Janguru taitei) est clairement une oeuvre majeure du Dieu des Mangas Osamu Tezuka.

Il a été publié entre 1950 et 1954 dans la revue Mana Shonen et ensuite dans Gakudosha.

Aujourd’hui on peut trouver cette histoire en trois volumes grâce aux différentes rééditions de Kodansha, de Hobunsha et en France par Glénat et KAZE.

L’histoire du Roi Léo a inspiré très largement Disney et consort qui ont plagié un grand nombre d’éléments venant de l’univers d’Osamu Tezuka.

Aucune plainte ne verra le jour de la part de la famille Tezuka qui est mort cinq années plus tôt.

La raison invoquée à l’époque par la famille fut tout simplement qu’Osamu Tezuka a toujours été fasciné par Walt Disney et les oeuvres qu’il a mis en place dans le passé.

Lui-même était très fier d’indiquer à qui de droit que l’industrie de Walt Disney l’avait inspiré pour construire ce qui deviendra la marque des personnages de manga : les Grands Yeux, les Têtes biens plus grosses que le corps.

Son amour pour les animations de Disney et ses dessins ont donc conduit la famille Tezuka à respecter cette idée qui lui était chère.

Ils ont préférés signaler que la boucle était bouclée puisque Disney s’inspire maintenant des oeuvres de Tezuka pour offrir un divertissement qui touchera le coeur des enfants du monde entier.

Le Roi Léo est un personnage très célèbre au Japon, il a parcouru nos écrans télévisées en France en 1972 via sa seconde série de 56 épisodes.

La première série est diffusée sur la défunte chaîne “La Cinq” en 1990.

Le Roi Léo comte l’histoire d’un lionceau qui doit récupérer son trône suite à la mort tragique de son père.

Il lui arrivera pleins d’aventures avant de devenir le roi de la jungle comme le fut son paternel.

La série est un hommage à la passation des traditions, des héritages et aussi des changements.

L’Homme et l’Animal sont en opposition et pourtant des passerelles sont possibles et même déjà présentes avec certains individus.

Les concepts philosophiques sur la Nature, l’Homme, l’Humanité, la Conscience et l’âme font partis de cette série plus mature qu’il n’y parait.

Le Roi Léo est un personnage important qui permettra de tisser ses ponts entre l’Homme et l’Animal. Par cette envie indéfectible il sera un roi avisé qui fera tout pour protéger les siens en essayant de ne pas perdre de temps en combat inutile face aux hommes qui grignottent inexorablement la Nature.

Osamu Tezuka était profondément contre l’idée même de la guerre. Cela se comprend après ce qu’il a pu voir à la fin de la seconde guerre mondiale au Japon.

Tout élément s’attachant à la guerre comme la science et la civilisation sont des prétextes pour imposer la volonté d’un Etat face à un autre au détriment des hommes, des animaux et de la nature.

L’environnement est un thème qu’il affectionne et qu’il essaie de contre balancer avec la science pour donner une voie à suivre.

Comme Asimov et ses robots, Astro Boy sera le parfait exemple de l’introduction de la bonté dans le chaos scientifique.

La science n’est pas un mal en soit mais y contribue car les dirigeants, les hommes de pouvoirs l’utilisent à mauvais escients.

Dans le Roi Léo, l’arrivée imminente de l’Homme sur son territoire est une chose que doit ingérer Léo pour gouverner sur un large territoire en sursis. Il sera défigurer par l’Homme et son envie d’expansion pour le profit personnel.

Son père Pandja se fera tuer par des braconniers qui ne supportent plus les incursions réussies dans les activités frauduleuses des hommes envieux.

Pandja fait partie des ses lions très spéciaux né blanc et très intelligent. Il est le protecteur désigné de la Jungle et son fils reprendra le flambeau par la suite tout en essayant de ne pas reproduire les mêmes erreurs que son ainé.

La série marquera l’histoire des animées en France car il fait partie des premiers à y être diffusée et venant du Japon.

L’histoire contrastait avec les dessins et les habituels dessins animés américains.
Là on parle pas qu’aux très jeunes enfants, les thématiques touchent les adultes avec un ton très sérieux et engagé, voir même très sombre.

Rendons donc à César ce qui lui appartient, le succès du Roi Lion est sans conteste un pompage scénaristiques et cela va de même pour la réalisation.

Le fait de gommer certaines choses n’empêchent pas d’agacer le monde des amoureux de l’art.

Disney aurait dû reconnaitre sa facination pour le Roi Léo et avoir fait un film différent et hommage à Osamu Tezuka.
Sachant que la famille et autres ayants droits ne les attaqueraient pas, Disney à préféré la mauvaise foi.
J’espère qu’un jour Disney indiquera que c’était une erreur de communication et qu’il admettra que nous pouvons aimer et s’inspirer d’une autre oeuvre sans que cela soit honteux.

Vu l’argent qu’ils génèrent, il ne devrait pas avoir peur pour ce petit recadrage.

Pour tous les fans du Roi Lion, regardez l’oeuvre originale et essayé de comparer les éléments repris par Disney.

Pour information dans la versions américaines Le Roi Léo s’appelle Kimba et deviné comment s’appelle le roi lion… Simba !

Même moi je n’aurai pas osé retiré qu’une lettre pour la substituer… Manque d’inspiration ou hommage à demi-voilé ???

En tous les cas, ne faites pas ombrage à cette oeuvre majeure qui connaitra de nombreux films, séries télévisées et des représentations dans beaucoup d’oeuvres japonaises.

Il fait partie de la culture japonaise, il est l’un des héros qui nous appelle pour entretenir une relation avec la Nature et le respect d’autrui. Le respect c’est aussi de prendre soin de notre environnement, autant que de ceux qui nous entoure.

J’espère que vous appréciez ces vidéos qui jalonnent cet article pour vous montrer la beauté des génériques dont le compositeur Isao Tomita accompagnera notre sympathique lion blanc.

Ci-dessous une trailer japonais sous-titré en anglais.