Le Roi Arthur vu par Guy Ritchie


La légende du roi Arthur est une histoire fantastique. Mélange de comte onirique et de fantaisie médiévale.

Dans la présentation que nous fait Guy Ritchie, le monde était ouvertement en relation avec de puissants mages. Ceux-ci se sont reclus dans le quatre coins du monde suite à une vendetta des humains contre les mages.

En même temps, il ne faut pas oublier que l’un d’entre eux menaça le trône de Camelot avec son armée démoniaque.

Je ne vous ai pratiquement rien dit… Pas de spoiler, vous verrez cela dans les premières minutes du film.

En tous les cas ceux qui voulaient voir une ancienne version de Camelot avec de beaux chevaliers en armure rutilante… Perdu !
Vous aurez droit qu’à l’infamie, la pauvreté et la rebellions.

Les humains sont enchainés à leur sort par un roi pas très sympathique.
Arthur n’est pas là pour prendre le pouvoir et encore personne n’a réussi à retirer Excalibur de son rocher.

Le speech reste presque le même que les autres films, avec beaucoup plus de dark fantasy. Clairement, le réalisateur et le directeur de la photo se sont intéressés à cet univers visuellement riche. Plus riche qu’il n’y parait pour un non initié.

Le dark fantasy y est partout dans le film. Les rêves, les apparitions, la première guerre, le combat final, le grand méchant tout correspond au graphisme et à l’univers du dark fantasy.

On est pas loin de l’univers d’Elric de Melniboné, de Conan, ou pour les fans de BD de Berserk ou Claymore.
Dans les jeux de rôle, Donjons et Dragons à participé au développement de ce genre. Warhammer l’a exploité d’autant plus qu’ils ont tout misé sur ce monde lugubre et froid qu’apporte la Dark Fantasy.
Le peuple n’est pas heureux ni confiant.

Tout le monde sait qu’il y a des horreurs qui les attendent quelque part.
Personne ne veut s’y confronter. Tout un chacun essaie de vivre sa vie loin des tumultes des combats de mages ou de chevaliers.
Se faire enrôler dans une armée c’est la fin de tout…

Arthur est un survivant, dans le monde dépeint, il creuse son trou et commence à faire des affaires.
Il entreprend de s’enrichir. Il vit dans les bas-fonds de sa cité pour mieux en exploiter les vils et les mesquins. Tout discrètement pour ne pas éveiller de trop puissants seigneurs.

Il a une destinée qui viendra le chercher. Pas de prophétie, juste un droit de naissance qui l’oblige à prendre soin des faibles et des opprimés. Il ne peut pas se permettre de laisser les habitants de Camelot.

Les aider est son devoir, sa naissance a été prévu, son accès à Excalibur aussi. Le reste, c’est à lui dans décider. Mais s’il ne fait rien il condamne tout le monde à un univers encore plus sombre que se qu’il imagine.

Le film est vraiment bien fait pour les connaisseurs de Dark Fantasy. Les autres spectateurs resteront peut-être de marbre face à cet univers proposé par Guy Ritchie.

Quoi que vous en pensiez, je pense que le regarder est une bonne chose.
L’aimer s’en est une autre. Mais dans le monde qu’il propose, Guy Ritchie à su me convaincre.
Pourtant je suis fan des mondes moins compliqués. J’en reparlerai mais mon film préféré reste Excalibur !

Guy Ritchie marque des points et me donnerait presque envie d’en voir plus dans une suite ou encore mieux dans la mise en scène d’Elric de Melniboné !!!
Oui je crois qu’il en a le talent pour affronter ce genre d’univers compliqué.

Staff
Réalisation : Guy Ritchie
Musique : Daniel Pemberton
Production :
Akiva Goldsman, David Dobkin, Joby Harold, Guy Ritchie, Tory Tunnell et Lionel Wigram
Acteurs :
Charlie Hunnam
Àstrid Bergès-Frisbey
Djimon Hounsou
Aidan Gillen
Jude Law
Eric Bana
Mikael Persbrandt Kingsley Ben-Adir
Neil Maskell
Michael McElhatton
Geoff Bell
Tom Wu
Freddie Fox